Percevoir des revenus complémentaires aux meilleures conditions fiscales

Trouver un moyen pour augmenter ses revenus est devenu une préoccupation pour certaines personnes. Grâce à la souscription d’une assurance vie, il est possible de percevoir des revenus complémentaires avec une fiscalité plus attrayante. En effet, en choisissant un contrat d’assurance vie, il y a une possibilité de ne payer ni prélèvements sociaux ni impôt.

Que faire pour obtenir des revenus supplémentaires aux meilleures conditions fiscales ?

Pour obtenir des revenus supplémentaires aux meilleures conditions fiscales, la plupart des Français ont recours à l’assurance vie. Celle-ci est un contrat d’assurance qui permet de se constituer un capital qui produit lui-même des intérêts. Ainsi, grâce à ce type d’assurance, un individu peut améliorer sa retraite et transmettre son patrimoine au bénéficiaire de son choix. Si vous souhaitez réduire votre Impôt sur le Revenu ou votre Impôt sur la Fortune Immobilière, althos-patrimoine.com vous accompagne grâce à son équipe de spécialistes en gestion de patrimoine et en placements financiers, dans votre stratégie d’optimisation fiscale.

L’assurance vie est le produit d’épargne préféré des Français car elle répond à de nombreux objectifs. D’abord, elle propose un large choix de supports d’investissements. Ensuite, l’assuré peut bénéficier à tout moment de sommes qu’il a investies et lors du retrait, il peut jouir d’une fiscalité avantageuse. En outre, pour mieux équilibrer son budget, avec ce type d’assurance, l’assuré pourra percevoir des revenus réguliers. En conséquence, il est donc possible d’augmenter ses revenus en souscrivant une assurance vie car elle offre une fiscalité avantageuse.

Qu’en est-il de la fiscalité d’une assurance vie ?

En comparaison avec les autres placements financiers comme les Livrets d’épargne non réglementés ou le Compte Titres, l’assurance vie propose une fiscalité favorable. La fiscalité d’assurance vie s’applique en fonction du type d’opération effectuée : fiscalité en l’absence de rachat et en cas de rachat (total ou partiel). Concernant la fiscalité en l’absence de rachat, si l’assuré laisse son argent au sein du contrat d’assurance vie, les intérêts produits sont exonérés d’impôt sur le revenu. La taxation n’intervient donc que lors d’un rachat partiel ou lors de l’année du décès de l’assuré. De ce fait, puisqu’il s’agit de prélèvements sociaux, 17,2% sont directement prélevés par l’assureur. Au sujet de la fiscalité en cas de rachat (total ou partiel), avec l’application de la nouvelle loi sur la fiscalité d’assurance vie, en cas de rachat total, c’est la totalité des gains accumulés depuis l’ouverture du contrat qui est imposée. Par contre, si vous avez, par exemple, fait un rachat de 1 000 € et que sur ces 1 000 €, 700 € correspondent à des versements et 300 € à des produits capitalisés, l’assuré ne sera imposé que sur 300 €. Cela veut dire qu’en cas de rachat partiel, seul le montant des gains contenus dans le rachat est imposable.

La fiscalité d’une assurance vie, comment ça marche ?

Comme il a été dit précédemment, la meilleure façon d’augmenter ses revenus est l’utilisation d’une assurance vie. En effet, la fiscalité d’assurance vie est favorable car quand un contrat d’assurance vie est âgé de plus de huit ans, chaque année, l’assuré peut retirer 4 600 € d’intérêts, en plus du capital, sans payer d’impôt. Et si le contrat de l’assuré a moins de huit ans ou s’il venait de l’ouvrir, il peut tout de même faire des retraits dans les semaines qui suivent la souscription, mais en supportant l’impôt. On peut dire que les taux sont plus ou moins élevés (un prélèvement forfaitaire de 35% durant les 4 premières années et 15% entre 4 et 8 ans), mais comme la part des bénéfices compris dans les retraits est faible, alors l’impôt final sera moins douloureux. En conséquence, bien que la fiscalité d’assurance vie soit convenable, l’assurance vie se prête aussi au service de revenus réguliers dès la souscription du contrat et avec un impôt très léger. Par exemple, si vous placez 100 000 € sur un contrat d’assurance vie et qu’un an plus tard, on suppose qu’il a été revalorisé de 4% et que vous décidez de retirer 4 000 €, sachez que la part effective de gain taxable calculée par le fisc ne sera que de 153 € [soit 4 000 € – (100 000 € x 4 000 € : 104 000 €)]. Cela veut dire que même avec le prélèvement forfaitaire de 35% sur les gains avant 4 ans, l’assuré ne paiera que 54 € d’impôt. C’est pour cette raison que l’assurance vie est l’instrument de capitalisation le plus prisé par la plupart des Français car avec son impôt allégé, elle permet d’augmenter les revenus facilement.